Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

accès rapides, services personnalisés
Laboratoire d'Océanographie Microbienne
UMR 7621

Dadaglio Laetitia

 

 

 

Dadaglio Laetitia

Doctorante UPMC

Laboratoire d'Océanographie Microbienne (LOMIC) - UMR 7621 CNRS-UPMC

Avenue Fontaulé - 66650 Banyuls sur mer, France

Tél: 33 (0)4 68 88 73 77 ; Fax: 33 (0)4 68 88 73 95

E-mail: dadaglio@obs-banyuls.fr

Sujet de thèse :

Dynamique des communauté bactériennes en réponse aux blooms phytoplanctoniques en Arctique

L’environnement Arctique connaît un changement sans précédent sous la double pression du changement climatique et de la modernisation. Le rythme actuel de réchauffement en Arctique dépasse maintenant les scénarios les plus pessimistes des modélisateurs du climat. La productivité biologique marine dans l'Arctique est fortement contrainte par la glace de mer qui limite la pénétration de la lumière solaire et les interactions air-mer. L'étendue de la banquise de l'océan Arctique en septembre a diminuée de près de 40% au cours des 3 dernières décennies. Il est attendu que la résultante de l'augmentation de la pénétration de la lumière du soleil dans la colonne d'eau colonne augmentera la production primaire (PP) du phytoplancton et, éventuellement, augmentera la productivité biologique dans l'ensemble de l'océan Arctique. Plusieurs études par télédétection de la couleur de l’océan Arctique confirment une augmentation de la PP d'environ 20% entre 1998 et 2009 (Arrigo and van Dijken, 2011). Sur de longues périodes de temps, le devenir de la PP est toutefois incertain. Le phasage temporel entre la prolifération printanière de phytoplancton (PPP) et le cycle de vie des producteurs secondaires est essentielle à l'efficacité du transfert d'énergie par le biais de la chaîne trophique. La dynamique du recyclage de la matière organique issue de la PPP par le compartiment bactérien est également mal définie. Il semble donc que la PP globale augmentera à l’avenir dans l'océan Arctique, mais il est encore très complexe de comprendre l'impact sur les flux de carbone et la chaîne alimentaire.

Le travail de ma thèse s'inscrit dans le projet de recherche international Green Edge (« Phytoplankton spring bloom in the Arctic Ocean: past, present and future response to climate variations, and impact on carbon fluxes and the marine food web » 2014- 2018 (http://www.greenedgeproject.info)) s’intéresse à la productivité primaire dans l’Océan Arctique et au
devenir de la matière organique produite par le phytoplancton au cours de la période la plus productive de l'année : le printemps. Green Edge est également motivé par la récente découverte que les proliférations de phytoplancton peuvent se produire plus largement et le plus souvent sous la banquise (Arrigo et al., 2014). Des campagnes sur le terrain se dérouleront en 2015 et 2016 et seront composées des éléments suivants :
- la mise en place de camps de glace près de Qikiqtarjuaq, Nunavut entre mi-mars et mi-juillet en 2015 et 2016,
- une mission océanographique à bord du brise-glace de recherche Amundsen CGCS le long d'un transect dans la
baie de Baffin central en fin de printemps 2016.
Dans le cadre de Green Edge, je serai en charge d’étudier la diversité et l’activité des bactéries hétérotrophes, les relations entre la qualité de la matière organique et la dynamique des communautés bactériennes ainsi que l’écophysiologie et la génomique de quelques modèles de bactéries abondantes dans le système.

Fabien Joux - 02/03/16

Le LOMIC en chiffres

6 Chercheurs CNRS
4 Enseignant-chercheurs
8 Personnels techniques
4 Post doctorants
8 Etudiants en thèse

4 Etudiants Master2